• jeunesseetscience

Stage adultes - octobre 2022: le programme

Sébastien Viscardy, Samedi matin

"Une brève histoire de la recherche de vie sur Mars"


L’idée selon laquelle la Terre ne serait pas le seul endroit de l’univers à accueillir la vie n’est pas récente. En effet, elle remonte au minimum à la Grèce antique. À cette époque, c’est essentiellement par des arguments philosophiques que cette question était débattue. Ce n’est qu’à partir du 17e siècle, terrain d’une révolution scientifique sans précédent, qu’a commencé l’observation des astres par des télescopes fournissant des informations aussi inédites que précieuses sur les corps célestes. De par sa proximité avec la Terre, la planète Mars a été rapidement la cible des télescopes… mais aussi l’objet des spéculations les plus audacieuses.


Grâce à une opposition particulièrement favorable, l’année 1877 marque sans conteste une date charnière dans l’histoire de l’observation de la planète rouge. Mais elle a surtout été le début d’une des plus célèbres controverses en astronomie, celle des canaux martiens, témoins – selon leurs défenseurs – de la présence d’êtres extraterrestres d’une grande intelligence. D’opposition en opposition, des observations de plus en plus incroyables ont été rapportées par plusieurs astronomes à l’imagination débordante, au grand dam de certains de leurs confrères.


Comme nous le verrons, cette longue frénésie autour des canaux, ayant marqué l’histoire de l’astronomie et influencé notre société, est loin d’être un cas isolé. Les moyens à disposition des chercheurs au cours du 20e siècle, y compris les missions d’exploration débutant avec Mariner 4 en 1965, n’ont pas mis un terme aux dérives spéculatives autour de la vie martienne. Loin de là !


Et l’histoire continue…



Romain Maggiolo, Samedi aprem

1ère Partie - "Formation des molécules complexes dans l’espace."


La vie telle que nous la connaissons est basée sur toute un ensemble de molécules complexes tels que les acides aminés, les sucres etc... Une des grandes énigmes scientifiques actuelles est de savoir comment de telles molécules ont pu se former puis s’organiser afin de permettre l’apparition de la vie. Une des hypothèses discutées est la panspermie : ces molécules auraient été apportées sur Terre depuis l’espace. Car oui, de telles molécules complexes peuvent bel et bien se former en l’absence de vie dans certaines régions de l’espace ! Dans cette présentation, nous discuterons de la formation de molécules complexes dans l’espace, de nos moyens pour les détecter et de la façon dont elles ont pu être déposées sur Terre. Cette présentation nous permettra de découvrir diverses régions de l’espace et divers corps, tels les nuages moléculaires, les comètes et les astéroïdes.


2ème partie - "Les champs magnétiques planétaires protègent-ils les atmosphères ?"


Certaines planètes, comme la Terre, possèdent un champ magnétique intrinsèque. Ce champ magnétique s’étend bien au-delà de l’atmosphère et l’isole du vent solaire, un flot de particules chargées électriquement et continument émis par le Soleil. A l’inverse, d’autres planètes, comme Venus et Mars, ne possèdent pas de champ magnétique intrinsèque. Le vent solaire entre donc directement en contact avec les couches supérieures de leurs atmosphères et peut potentiellement emporter avec lui une partie des couches extérieures de l’atmosphère. Les atmosphères des planètes magnétisées bénéficieraient alors d’un effet protecteur car le vent solaire ne peut pas directement interagir avec elles. Mais les observations récentes faites autour de Vénus, la Terre et Mars, ainsi que les derniers développements théoriques vont à l’encontre de se paradigme et remettent en question l’effet protecteur des champs magnétiques. Et si c’était l’inverse ? Et si la présence d’un champ magnétique favorisait l’échappement des atmosphères dans l’espace ?



Sophie Van Eck, Dimanche Matin

"La révolution Gaia"


Le satellite Gaia, lancé par l'Agence Spatiale Européenne (ESA) fin 2013, révolutionne depuis quelques années l'astrophysique. Contrairement à un télescope comme le James Webb, Gaia ne produit pas directement d'images, mais des parallaxes et des spectres d'un milliard d'objets, ce qui est peut-être moins spectaculaire de prime abord mais permet de construire une carte d'une précision inégalée de notre Galaxie en 6 dimensions.


Nous nous attarderons sur quelques avancées significatives permises par Gaia concernant la composition, la formation et l'évolution de notre Galaxie, ainsi que sur sa contribution à la détermination de l'échelle de distances extra-galactiques ainsi qu'à la physique fondamentale.


Enfin, à l'heure où un nombre croissant d'observations astronomiques depuis le sol pâtit du parasitage du ciel nocturne occasionné par les méga-flottes de satellites, nous discuterons de l'importance des projets observationnels au sol et dans l'espace.


29 views0 comments

Recent Posts

See All